jeudi 31 août 2017

À la découverte des harmoniums

Jean-Bernard Lemoine durant l'interprétation d'airs essentiellement religieux à l'harmonium de Lamarque./  Photo Ichou.
Jean-Bernard Lemoine durant l'interprétation d'airs essentiellement religieux à l'harmonium de Lamarque./ Photo Ichou.
Jeudi, en l'église, en présence du maire Marc Bégorre et de quelques adjoints, Jean-Bernard Lemoine, président de la Fédération française des Amis de l'harmonium, accompagné de Patrice Ferré, délégué FFAH Sud-Ouest, a dressé l'historique de l'harmonium, fonctionnant avec des anches libres inventées par les Chinois, il y a 4.000 ans, que l'on fait vibrer avec l'air contenu dans des poches actionnées par deux pédales. Ces instruments, fabriqués à partir de 1830, entrent rapidement dans les églises car moins chers que les orgues. 400.000 sont fabriqués entre 1830 et 1860. Debain invente le mot harmonium. Après lui, en France, viendront A. Rodolphe, Charles Bildé, l'abbé Clergean, Hippolyte Beaucourt, Alexandre Père et Fils… Le dernier, Richard, a fermé ses portes en 1960. Des milliers d'instruments ont été pillés, vendus à des prix dérisoires ou à des collectionneurs étrangers. Dans les églises, les souris grignotent les soufflets, les pots de fleurs posés dessus et arrosés détruisent les mécanismes. Tout cela fut expliqué à l'assistance, environ 40 personnes. J.-B. Lemoine, après avoir signalé que la FFAH se consacre à la sauvegarde des harmoniums à travers la France depuis 2009, s'installa à la tribune, devant celui de Lamarque datant de la fin du XIXe siècle, fabriqué il y a 130 ans environ par Alexandre Père et fils, et joua divers airs. Le son de cet instrument est identique à celui de ses débuts. Divers compositeurs ont écrit pour harmonium : Saint-Saëns, Liszt, Rossini, Berlioz, César Franck. Soirée qui a permis de redécouvrir un instrument oublié au fond des églises et que les générations passées ont entendu durant les cérémonies religieuses.

Aucun commentaire: