mercredi 25 mars 2015

Un Genevois apprend à réparer les harmoniums


Vincent Thévenaz, instrumentiste et carillonneur de la cathédrale Saint-Pierre.Image: Archives/Olivier Vogelsang
Harmoniums, orgue et carillon, c’est son rayon. Le Genevois Vincent Thévenaz est professeur à la Haute Ecole de musique de Genève et carillonneur de la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Ce week-end, cet instrumentiste passionné franchit la frontière, direction Taninges (Haute-Savoie).
Vincent Thévenaz, pourquoi ce séjour à Taninges?
Je participe comme consultant à un stage consacré à la réparation et la restauration d’harmoniums. Une grande première! Je n’ai jamais rien entendu de similaire en Europe.
Quel est l’intérêt de ce stage?
Le but est d’expliquer comment restaurer ce type d’instrument(ndlr: le professeur en la matière étant Pierre Van de Hel). Ce n’est pas un hasard que cela arrive maintenant. En effet, on constate un regain d’intérêt pour l’harmonium.
Vraiment?
Oui. L’harmonium était extrêmement courant au XIXe siècle. Puis il est tombé en désuétude. Il n’était plus à la mode simplement parce qu’on avait perdu la manière d’en jouer. Il a beaucoup servi de «pompe à cantiques». Or, l’harmonium est un instrument spécifique qui offre de nombreuses possibilités et a son propre répertoire. Y compris des pièces du XXe siècle. Il donne souvent du liant dans un ensemble.
Quel est l’intérêt d’apprendre à les restaurer?
On retrouve de nombreux instruments. Mais, ils sont souvent en mauvais état en raison des effets du temps et d’un manque d’entretien. On fait alors appel à des facteurs de pianos et d’orgues mais pas d’harmoniums. Ils se retrouvent un peu désemparés devant les spécificités de cet instrument. D’où cette formation.
Vous-même, n’êtes-vous pas facteur d’instruments?
C’est vrai. Mais je participe pour soutenir la démarche ainsi que pour illustrer les capacités de cet instrument auprès des stagiaires. Enfin, étant collectionneur d’instruments, je vais apprendre quelques trucs afin d’effectuer moi-même de petites réparations. (TDG)

Aucun commentaire: