samedi 23 juin 2012

L'harmonium dans tous ses états


Une nouvelle exposition aux archives départementales de la Loire.
L'Harmonium dans tous ses états
Jusqu'au 28 septembre 2012
Saint-Etienne
Archives départementales de la Loire
Exposition "L'Harmonium dans tous ses états" du 18 juin au 28 septembre 2012 aux Archives départementales de la Loire (6 rue Barrouin – 42000 Saint-Etienne).
Qui aujourd'hui sait ce qu’est un l'harmonium ? 
Il ressemble à un piano droit mais le son rappelle celui de l'orgue. En fait, l’harmonium est le très grand frère de l’harmonica et de l’accordéon. C'est donc un instrument à vent. Bien que souvent appelé injustement « pompe à cantique », l'harmonium est bien plus qu'un instrument relégué au fond des églises. Il a connu son heure de gloire pendant près de 100 ans à partir de 1840. D’illustres compositeurs comme Berlioz, César Franck, Vincent d’Indy, Rossini, Boellmann et aussi Massenet, ont élaboré des milliers de pages de musique pour cet instrument.
Instrument oublié, au charme suranné qui a subi les outrages du temps en raison d'une mise à l’écart non méritée. Il fait pourtant partie du patrimoine national au même titre que les orgues ou les carillons.
Aujourd’hui, ceux qui ont échappé à ce destin cruel se découvrent une seconde jeunesse grâce à des passionnés qui lui redonnent de la voix.
Parmi eux, la Fédération Française des Amis de l'Harmonium remet à l'honneur cet instrument en présentant une exposition aux Archives départementales de Loire afin de démontrer son intérêt historique, artistique et culturel.
Venez aux Archives départementales de la Loire admirer quelques beaux exemplaires et découvrir les facettes originales, drôles ou surprenantes d’un instrument à vent à la littérature musicale riche et méconnue.
Présentation de l'exposition L’exposition se déroule autour de textes présentant un historique relatif à l’invention, à la facture et à la diffusion de l’instrument sur l’ensemble du territoire ainsi que ses utilisations parfois inédites.
Elle est complétée par des vitrines présentant différents composants d'un harmonium (soupapes, sommier d'anches, touches...) permettant d'aborder l’aspect technique ou l’aspect pratique de cet instrument.
Elle présente enfin quelques beaux exemplaires d’harmonium dont deux inscrits à l'inventaire des Monuments historiques (l'harmonium de Renaison et celui de Montagny), mais aussi un hérophon ou des guides chants. Le temps de l’exposition, ces instruments pourront faire admirer aux visiteurs curieux leur facture remarquable.
Quelques éléments historiques 
Né au début du XIXe siècle, l'harmonium fut à l’origine utilisé dans les salons par des musiciens fortunés. Deux artisans français Grenier et surtout Aristide Cavaillé Coll, fameux facteur d'orgues, ont créé les premiers harmoniums. Puis de véritables maisons commerciales se sont constituées tels BEAUCOURT, DEBAIN, KASRIEL ou encore CHRISTOPHE –ÉTIENNE. On retrouve d’ailleurs dans la Loire des instruments fabriqués par ces prestigieux créateurs
C’est Alexandre DEBAIN qui a créé vers 1840, le mot « harmonium ». A partir de 1850, l’harmonium prendra une place importante comme auxiliaire précieux du culte dans les églises catholiques, réformées mais aussi les synagogues. Il fut également utilisé dans les loges maçonniques. Construit à plus de 160.000 exemplaires par diverses maisons, l’harmonium symbolise une véritable aventure industrielle qui s'est étendue sur une période allant de 1840 à 1965.
Ce fut la belle époque de cet instrument et les maisons qui les produisaient employaient des centaines de salariés. Ces entreprises étaient en majorité installées en région parisienne, les autres se trouvaient en Alsace, dans le Sud-ouest, mais aussi en Rhône-Alpes comme l’entreprise Charles BILDE, installée d’abord à Orly puis à Annecy.
Présent dans l’Hexagone, on le retrouve également dans l’empire colonial français, auxiliaire des missionnaires, l’harmonium était alors « tropicalisé ». Pour résister à l’humidité et aux températures élevées du climat tropical, les ivoires des touches étaient vissés sur ces dernières.
L'harmonium dans la Loire
Aujourd'hui, véritable objet d'art, son inventaire au titre des monuments historiques a commencé en 2000 dans toute la France. Plusieurs sont inscrits ou en cours d’inscription dans le département de la Loire. L'un des plus importants est celui de l'église d'Ambierle. Les autres instruments sont conservés à Montagny, Ouches, Renaison, Pommiers, et à Saint-Étienne (Église Notre-Dame).
Partenaires de l'exposition
La Fédération Française des Amis de l'Harmonium est une association qui a pour objectif de protéger les harmoniums et de faire redécouvrir son histoire et son intérêt culturel. Elle est à la disposition de tous pour conseiller sur l'entretien, le sauvetage et la restauration des harmoniums. Elle participe à l'inventaire des harmoniums au titre de l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Informations pratiques
Entrée libre – Tous publics
Archives départementales, 6 rue Barrouin - Saint-Etienne
Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 17 heures
(fermeture de 12h et 13h durant les vacances scolaires.)
Tél : 04 77 93 58 78.
Autour de l’exposition 
• Visite guidée jeudi 28 juin à 14h30
Des visites réservées aux groupes peuvent être organisées sur demande auprès des Archives départementales (contact : 04 77 93 58 78).
• Conférence
Le mercredi 12 septembre à 14h30 : Une conférence sur les harmoniums présentant l'histoire, la facture d’harmoniums et la situation actuelle est prévue le 12 septembre 2012 à 14h30 par M. Lemoine, Président de la Fédération Française des Amis de l'Harmonium (F.F.A.H.).
Crédit photo : Fabrice Roure

Aucun commentaire: