mardi 15 mai 2012

Gan : la renaissance de l'harmonium


La soliste Isabelle Pagnoux et l'organiste Eric Saint Marc ont offert un concert d'une grande qualité. 
© Marc Rancés



Le talent d'Eric Saint Marc, organiste-compositeur titulaire de l'orgue à l'église Saint- Jacques et à l'église Saint-Martin à Pau, a permis de redonner vie à cet instrument oublié depuis plus de trente ans dans la chapelle de Haut-de-Gan.
Le premier concert donné ce samedi soir avec la participation d'Isabelle Pagnoux, soprano dramatico-lyrique était organisé par Marie Notey, élue, chargée de la culture, laquelle a remercié les artistes et le public composé d'une cinquantaine de personnes. Le programme a porté sur un répertoire mystique et religieux faisant la part belle au compositeur palois Paul Chabeaux (1854-1901)
L'harmonium de Haut-de- Gan, de grande qualité technique et musicale, a été construit par la maison Alexandre, - un des deux plus importants facteurs d'harmoniums Français au XIXe siècle avec Debain -, aux alentours des années 1865/70.

Une médaille en 1855
On trouve sur l'harmonium l'inscription «orgue à percussion» (appellation courante à l'époque, quoiqu'il ne s'agisse pas d'un orgue véritable) ainsi que, incrustée, une médaille d'honneur obtenue lors de l'Exposition universelle de 1855 par la Maison Alexandre. L'instrument possède 16 registres ce qui le met dans la catégorie des harmoniums importants. Sa particularité, rare, est de posséder un registre dit «de percussion», système inventé par Martin de Provins.

Procédure de classement en cours
Une démarche est en cours pour faire classer cet instrument à l'inventaire complémentaire des monuments historiques. Il a été étudié par Jean-Bernard Lemoine de la FFAH (Fédération Française des Amis de l'Harmonium) au cours de son inventaire effectué dans les églises de notre région.

Aucun commentaire: