vendredi 22 octobre 2010

Etel (56) - L'harmonium historique a réintégré l'église

Après cinq mois de restauration dans l'atelier de Pascal Auffret, à Saint-Nazaire, l'harmonium historique a réintégré l'église jeudi matin(1). «Il va pouvoir reprendre vie», confiait le facteur d'orgue, content d'avoir pu sauver un instrument de cette qualité, et surtout à l'idée qu'une vie musicale allait désormais l'entourer. En l'écoutant sonner, Jean-Yves Gouiffès et les membres de Harmonie-Orgue-Etel se réjouissaient de sa qualité et son expression sonore. Ils se délectaient par avance de ce qui pourra être organisé autour de cet instrument. 
Un instrument datant de 1879 
Son démontage en atelier a permis de le dater précisément: «J'ai trouvé une inscription portant la date de 1879; c'est cohérent avec la mention de la médaille d'or décernée à ce modèle lors de l'exposition universelle de 1878», notait Pascal Auffret. La restauration a porté essentiellement sur la partie supérieure: toutes les pièces mécaniques, les registres, les jeux, et les 500anches, fortement oxydées, mais récupérables, notamment pour la voix céleste: «Ce sont des anches introuvables; là, on s'en sort bien». Quant à la soufflerie, qui avait moins souffert, elle a simplement été revue. L'intervention s'est élevée à 6.100€, dont 10% restent à la charge de l'association, qui aura aussi à assumer d'autres frais techniques (suivi d'entretien) mais aussi artistiques, pour les concerts à venir. 
Première audition le 24octobre 
L'harmonium restauré sera béni lors de l'office du 24octobre. L'après-midi, Jean-Yves Gouiffès et Jean-François Talmont le feront sonner pour un concert bombarde et orgue, mais aussi uilleann-pipe, dans le cadre de Douar Alré (15h, entrée libre). L'inauguration musicale officielle aura lieu le samedi 13novembre (20h30, entrée libre), avec l'organiste Mickael Gaboriau, le choeur des Quatre Vents et plusieurs instrumentistes (harpe, violoncelle, etc.), dans un programme César Franck, avec notamment «Les Sept paroles du Christ sur la croix». 
(1) Il est placé sur un podium mobile et devrait réintégrer la tribune ultérieurement.

Le Télégramme 15 octobre 2010

Aucun commentaire: